L'informatique dans le nuage

definition-du-cloud-computing
Le terme anglais cloud computing signifie informatique en nuage ou informatique dans le(s) nuage(s).
On le trouve parfois traduit par informatique dématérialisée, informatique virtuelle ou infonuagique.
Si on parlait d'Internet computing, le concept serait peut-être moins flou. Le cloud computing, c'est une infrastructure web utilisable en libre-service et à la demande. L'utilisateur n'utilise que ce dont il a besoin et ne paye que ce qu'il utilise.
Le cloud computing est ainsi défini par le NIST, National Institute of Standards and Technology :
Accès, via un réseau de télécommunications, à la demande et en libre-service, à un réservoir partagé de ressources informatiques standard configurables (réseau, serveurs, stockage, applications et services) qui peuvent être rapidement mobilisées et mises à disposition en minimisant les efforts de gestion ou les contacts avec le fournisseur de services.
Pour Resacloud, le Cloud Computing, c'est accéder à des services informatiques non pas en direct par le biais une infrastructure physique dédiée mais via Internet et une infrastructure virtualisée dédiée ou mutualisée. Ces services (logiciels, matériel, plateforme) sont « stockés »sur un nuage qui va optimiser l'allocation et la mutualisation des ressources, et par conséquent en réduire le coût.

 

Vidéo Salesforces

Principes du cloud computing

Le cloud computing permet d'accéder rapidement et de manière flexible aux TIC (Technologies de l'Information et de la Communication).
Cet accès devient, pour l'usager, semblable à l'accès à l'électricité.
Quand il se branche sur une prise électrique, l'usager ne se préoccupe pas de la manière dont l'électricité est produite:

  • réseau de distribution,
  • centrale électrique,
  • ressources primaires.

De la même manière, l'usager du cloud computing se branche sur une prise informatique sans se préoccuper de la manière dont il dispose de ses services et applications:

  • puissance de calcul : CPU, RAM...
  • stockage, sauvegarde, disponibilité,
  • exploitation.

Usages du cloud computing

Différents usages peuvent être faits du cloud computing :

  • cloud de services : solutions applicatives,
  • cloud d'infrastructures : virtualisation de serveurs ou de réseaux.

"Le grand public utilise depuis longtemps le cloud computing sans le savoir. Quand on utilise son webmail, Hotmail, Gmail ou autre, on fait du cloud. Le cloud computing, c'est accéder à des ressources informatiques qui sont quelque part, à travers Internet. On peut y avoir accès gratuitement, comme c'est le cas avec le webmail. Ou sur abonnement, avec un niveau de service garanti. Les entreprises achètent ainsi des capacités, et sont facturées un peu comme le sont l'eau, le gaz ou l'électricité : on paye à la consommation. Comme le courant électrique, on peut consommer autant qu'on veut. Virtuellement, la puissance est infinie."

Source : BERNARD OURGHANLIAN, DIRECTEUR TECHNIQUE ET SECURITE DE MICROSOFT FRANCE


Amazon.com a été le premier à vendre, sans l'avoir anticipé, des prestations de cloud computing. L'entreprise avait investi en 2002 dans un parc informatique géant en prévision des surcharges de ses serveurs à noël, mais n'utilisait, les jours ordinaires, que 10 % des ressources de ses serveurs. Elle a donc décidé de créer en 2006 une plateforme hautement disponible et virtualisée pour louer les 90 % de ressources restants à des entreprises et, ainsi, rentabiliser son équipement

Exemples de fournisseurs d'infrastructures de cloud :

  • Amazon
  • Google
  • Microsoft
  • IBM
  • Zoho
  • Salesforce
  • Revevol, detc.

Exemples d'applications :

  • Gmail, Hotmail (messageries)
  • Salesforce, Google Apps, Zoho (bureautique)
  • Flibyy, Skydrive, Dropbox (stockage de données)
  • Slideshare (diaporamas), etc.